Rechercher dans ce blog

Les astuces pour un jardin en bonne santé


astuces jardin bonne santé


La bonne plante au bon endroit : Tenir compte de son environnement


jardinage
Tout d’abord, pour que les plantes se développent correctement, il est primordial que celles choisies correspondent aux conditions climatiques de la région, car même si le réchauffement climatique est bien là, il n’est pas recommandé de planter des végétaux de climat méditerranéen en climat continental : par exemple des Lilas des Indes ou Pêcher au sommet du Puy-de-Dôme.

La nature du sol du jardin, l’exposition et les besoins en eau sont aussi des critères importants à respecter pour permettre aux végétaux d’être en bonne santé et d’être ainsi plus résistants aux attaques de champignons pathogènes responsables de maladies.

À partir du moment où les végétaux retenus sont compatibles avec leurs besoins, quelques petits travaux de préparation sont nécessaires pour optimiser la réussite de la plantation comme la préparation du sol avec l’apport de compost, fumier, amendements.

Éviter également de faire les plantations lorsque la période n’est pas propice et que les conditions climatiques ne sont pas favorables : périodes de fortes précipitations qui saturent le sol en eau et les périodes de gel intense qui durcissent le sol sur une épaisseur parfois importante, mais aussi les périodes de fortes chaleurs.

Jardiner régulièrement : La clé pour un jardin facile et en pleine forme


Tout au long de l’année, veiller à nettoyer régulièrement les végétaux : enlever les feuilles malades dès les premiers symptômes, celles qui sont abimées par de fortes intempéries (grêle, orage et vent violents) ; branches mortes, cassées, malades et celles qui sont porteuses de gui sur les arbres âgés et enfin arrachage des herbes indésirables.

Arroser selon les besoins de chaque plante et ceci aux moments opportuns : un manque ou un excès d’eau peut être catastrophique ; arrosages copieux impérativement à la plantation, même s’il pleut ou que la pluie est annoncée dans les heures qui suivent ; arrosages copieux et réguliers pendant les 2 années qui suivent la plantation.

Pour éviter l’évaporation trop rapide de l’eau du sol et limiter les apports d’eau, il est recommandé d’installer un épais paillis au pied des rosiers, arbustes, arbres fruitiers ainsi qu’à ceux des plantes vivaces. 

Chaque année, faire des apports au bon moment, soit à l’automne soit au début du printemps, d’éléments nutritifs à chaque plante afin qu’elle soit suffisamment ‘forte’ pour donner le meilleur et résister aux attaques et intempéries.

Les auxiliaires du jardin : quand la faune aide la flore


Une foule de petits insectes, mammifères, oiseaux et même parfois amphibiens participent à sa biodiversité et à son équilibre sanitaire ; certains participent à la pollinisation : abeilles, bourdons, papillons… et d’autres se régalent de nombreux indésirables : pucerons, acariens, cochenilles, chenilles, limaces, escargots…

S’ils sont naturellement présents dans le jardin, alors c’est parfait, mais dans le cas contraire, il est important de les accueillir en les réintroduisant grâce à des lâchers d’auxiliaires (coccinelles, syrphes par exemple) mais aussi en créant des abris divers (hôtel à insectes, nichoirs, point d’eau) et en introduisant des végétaux qui leur permettront de se développer.

Retrouvez également nos articles concernant les auxiliaires au jardin : ‘Comment attirer et retenir les insectes et animaux utiles du jardin’ et ‘L’intérêt d’un hôtel à insectes’.

CONVERSATION

Retour
en haut