Reconnaître les maladies du pommier


Nous avons tous cette envie, en plantant un pommier dans notre jardin, d’avoir de belles pommes bien rondes à déguster mais pour cela il faut savoir entretenir et protéger notre arbre des maladies et des ravageurs.

Reconnaître les maladies du pommier
Les maladies les plus souvent rencontrées sur le pommier sont la tavelure, la moniliose et l’oïdium. Ces maladies apparaissent lorsque les conditions de culture ne sont pas optimales : humidité stagnante, sol enherbé, plaies de taille importantes, … 

La tavelure, une maladie très répandue pour les pommiers


travelure taches feuilles
La tavelure peut s’installer sur les feuilles de votre pommier mais aussi sur les fruits. 

travelure taches pommeLa tavelure s’installe généralement lorsque les conditions climatiques sont pluvieuses car l’humidité favorise le développement de la maladie. Les symptômes de la tavelure sur les feuilles de pommier sont très reconnaissables. Il y a apparition de taches rondes décolorées sur la face supérieure de la feuille, qui deviennent rapidement brunes.

Sur les fruits, cette dernière a la même forme de taches brunes qui entraîne un arrêt de développement de l’épiderme de la pomme causant des crevasses mais n’altérant pas la qualité gustative du fruit. 

Une petite attaque n’est pas vraiment préjudiciable à l’arbre mais si vous préférez éviter cela, un traitement préventif à base de bouillie bordelaise est conseillé à l’automne lorsque le feuillage est tombé, et au printemps, avant le développement des bourgeons. Si la maladie réussie à s’installer, taillez les parties atteintes et brûlez-le. Il faudra par la suite pulvériser une décoction de prêle sur l’ensemble de l’arbre. 

L’oïdium, la complice de la tavelure


oïdium du pommier
L’oïdium du pommier, autre maladie cryptogamique, passe l’hiver dans les écailles des bourgeons. C’est la raison pour laquelle même les jeunes feuilles qui sortent des bourgeons peuvent être touchées. Elles portent un duvet blanchâtre et se recroquevillent. La maladie se propage ensuite au reste des feuilles et/ou des rameaux. 

Comme pour la tavelure, l’oïdium est favorisé par une forte humidité dans l’air et des températures douces. 

La lutte anti-oïdium se gère en général conjointement à la lutte contre la tavelure. 


La moniliose : le meilleur moyen de l’éviter est un terrain bien drainé !


moniliose pomme
La moniliose attaque les boutons floraux, les branches et ensuite les fruits qui portent des taches circulaires puis entraîne la pourriture de la pomme jusqu’à sa chute ou sa momification sur l’arbre. 

Le meilleur moyen d’éviter que votre arbre n’attrape la moniliose est que votre pommier soit installé dans de bonnes conditions. Il faut adapter le substrat au porte-greffe ou bien le porte-greffe à votre terrain. Le pommier a besoin d’un sol a dominance limoneuse c’est-à-dire légèrement drainé pour éviter l’humidité stagnante dans le sol. Cela empêchera que ces champignons pathogènes ne s’installent. 

Pensez à éclaircir vos arbres au moment de la fructification. Un arbre bien aéré, en évitant que les fruits se touchent permet d’éviter la propagation des maladies. 

En cas d’attaque, supprimer immédiatement les fruits touchés, dans l’arbre comme ceux tombés à terre.

CONVERSATION

Retour
en haut