Aménager sa terrasse ou son balcon : Penser aux fruitiers nains et colonnaires !


Les abricotiers, cerisiers, pêchers, nectarines, amandiers, pommiers, poiriers et même pruniers ne sont plus réservés uniquement à la culture au jardin car il existe maintenant des variétés de fruitiers nains et colonnaires qui sont adaptées à la culture en bac, pour que ceux qui n'ont pas de jardin puissent quand même se régaler de leur production fruitière.

Plus petit ne signifie pas moins productif !


Certes, celle-ci ne sera pas aussi importante qu'un arbre dit 'classique', mais vous serez quand même très surpris par la quantité produite au prorata du volume de l'arbre fruitier nain et colonnaire, mais aussi et surtout, par la qualité gustative des fruits cueillis qui seront d'un calibre équivalent à celles des variétés traditionnelles.

La floraison printanière des arbres fruitiers est particulièrement magnifique ! Alors pourquoi s’en priver ?

La mise à fruits est rapide. Vous pourrez commencer à cueillir les fruits 2 à 3 ans après la plantation, si les conditions climatiques sont favorables. Quelques fruits peuvent apparaître avant, mais pour éviter que l'arbre ne s'épuise, il est préférable d'en supprimer plusieurs, surtout s'ils sont très nombreux.

Comme au jardin, ces petits arbres fruitiers doivent être installés à une exposition suffisamment ensoleillée et à l'abri des courants d'air froids pour que les fleurs, puis les fruits, se développent généreusement.

arbre colonnaire


Ces arbres fruitiers sont autofertiles, ce qui signifie qu'ils n'ont pas besoin, pour fructifier, d'une autre variété pollinisatrice. Cependant, si votre espace vous le permet, nous vous conseillons d’associer une autre variété, cela augmentera le nombre de fruits et satisfera les plus gourmands.

Le choix du contenant est également primordial pour la croissance de l'arbre : choisissez un pot assez grand (au minimum 50 cm de profondeur et de largeur), plutôt évasé et de préférence en terre ou en bois ; éviter ceux qui sont en plastique et ceux qui sont émaillés car les racines respirent mal et s'échauffent plus vite. Vérifier que le fond du pot est percé pour que les eaux d'arrosage et de pluie puissent s'écouler correctement, si celui-ci ne l'est pas, faire 3 à 4 trous répartis de façon homogène.


Arbres fruitiers nains : une plantation en pot ou bac


Avant de procéder à la plantation proprement dite, il convient de préparer l'arbre.
arbre fruitier nain
Si l'arbre est vendu en conteneur, faire tremper le pot avant de le dépoter dans un grand contenant rempli d'eau pendant ¼ heure au moins (l'eau doit recouvrir de 2 à 3 centimètres le haut du pot). Puis retirer et laisser égoutter.

S'il est en racines nues, rafraîchir les extrémités des racines avec un sécateur propre et bien tranchant et faire un pralinage des racines.

Pour les fruitiers nains, il conviendra de tailler toutes les branches en les réduisant d'1/3 au moins, de supprimer celles qui sont en surnombre dans le cœur de l'arbre et celles qui sont mal orientées : toujours tailler au-dessus d'un œil orienté vers l'extérieur de l'arbuste. Il n’est pas nécessaire de retailler les arbres fruitiers colonnaires à la plantation.

L'installation dans le bac


Placer dans le fond du pot une bonne couche de graviers ou de billes d'argile pour faciliter le drainage (environ 20% du volume du pot). Recouvrir ce drainage avec un mélange de bonne terre de jardin additionnée de terreau ou de compost.

Pour les 'colonnaires' placer un tuteur légèrement décalé par rapport au centre du pot avant de les installer.

Positionner l'arbre de façon à ce que le tronc soit au centre du contenant et que le haut de la motte soit à 2 cm environ en dessous du rebord du pot pour accueillir les eaux d'arrosage sans que celles-ci ne débordent. Si c'est un arbre qui est 'en racines nues', positionner l'arbre de façon à ce que le point de greffe ne soit pas enterré : il doit être positionné de quelques centimètres au-dessus du sol (3 à 5 cm environ).

Combler avec un mélange de bonne terre de jardin et de terreau, pas trop riche pour éviter que l'arbre ne produise plus de feuilles que de fruits.Tasser légèrement et arroser copieusement avec un arrosoir muni d'une pomme et de façon homogène sur toute la surface.

Une fois l'eau écoulée, le mélange terreux se sera tassé, il sera alors nécessaire d'ajouter un peu de terreau ou de terre fine, en laissant toujours les 2 cm d'espacement entre la terre et le haut du pot pour les eaux d'arrosages.

Pour protéger les racines des rigueurs de l'hiver, vous pouvez recouvrir la surface du pot avec un bon paillage (écorce de cacao, paillis de chanvre, paille...).

Un entretien rapide et facile tous les ans !


arbre fruitier colonnaire
Au printemps, à partir de la seconde année de plantation, gratter 10 cm de terre en surface et la remplacer par du terreau additionné d'un peu d'engrais organo-minéral spécial arbres fruitiers, en respectant les dosages et instructions d'emplois indiqués sur l'emballage du produit. Arroser puis renouveler le paillage.

Les plantes cultivées en bac se déshydratent plus rapidement que celles qui sont cultivées en pleine terre, il est donc important de veiller à leurs besoins sans pour autant les 'noyer'. Arroser donc lorsque la terre est sèche en surface dés le départ de végétation au printemps et ceci jusqu'à l'automne.En hiver, penser à arroser de temps en temps, surtout si les eaux de pluie ne viennent pas sur l'arbre.

La taille est simple, elle consiste à supprimer éventuellement les branches en surnombre qui pourraient encombrer le cœur de l'arbre, et à raccourcir légèrement, celles qui pourraient être trop longues.

A la sortie de l'hiver, couper les branches cassées et celles qui sont mortes.

Concernant les arbres colonnaires, l’entretien est légèrement différent en fonction des variétés.
La taille des pommiers colonnaires est inutile, seule la tête peut être supprimée lorsque la hauteur souhaitée est atteinte alors que les poiriers colonnaires doivent être retaillés légèrement à la sortie de l’hiver de façon à ce qu’ils conservent bien leur forme colonnaire. Pour les cerisiers et pruniers colonnaires, il suffira de raccourcir les pousses latérales les plus longues après la récolte.

Les premières années, faire un éclaircissage sur les jeunes fruits formés pour éviter que tous ceux-ci restent petits et soient de moindre qualité gustative, qu'ils épuisent le jeune arbre et surtout, pour éviter que les branches ne cassent sous le poids des fruits trop important.

Maintenant même les plus petits espaces peuvent voir fleurir un arbre fruitier !

CONVERSATION

Retour
en haut