Conseils simples avant de se lancer dans un jardin de plantes aquatiques

 Les ‘Nymphéas’ de Claude Monet ont permis à un large public de découvrir les nénuphars, magnifiques plantes aquatiques qui ornementaient alors et, ornementent encore à ce jour, son étang à Giverny.

Une pièce d’eau naturelle ou ajoutée, apporte vie, calme et sérénité au jardin.



Il n’est pas besoin d’avoir un grand parc pour installer des plantes aquatiques ; un petit bassin peut suffire à condition de suivre quelques conseils.

Rustiques, pour la plupart et facile à cultiver, il convient tout de même de choisir, le nénuphar, la plante, qui conviendra le mieux au type de la pièce d’eau : bassins profonds ou superficiels, bassins constitués d’éléments naturels ou en maçonnerie, avec bords en pente douce ou abrupte.

Chaque espèce de plantes aquatiques joue un rôle essentiel pour l’équilibre du bassin ; elles participent à l’oxygénation de l’eau, apportent de l’ombre aux poissons et servent aussi d’abri aux oiseaux et petites grenouilles. L’association de ces différentes plantes donnera à la pièce d’eau un équilibre écologique.

  • Les plantes de berges renforcent les rives de la mare, de l’étang et du bassin. Lorsque le bassin est tapissé par une bâche, elles la cacheront. (Hémérocalle, prêles…). 
  • Les plantes flottantes et immergées oxygènent et ombragent l’eau en maintenant l’équilibre biologique du bassin et empêchent donc la prolifération d’algues. (Nénuphars, lentille d’eau). 
  • Les plantes émergées aident également à lutter contre la multiplication des algues en absorbant les nutriments. Elles aiment généralement le plein soleil et peuvent s’avérer un peu envahissante (Iris pseudacorus, jonc fleuri, pontédérie…)

Afin que la température de l’eau reste stable et ne se réchauffe trop vite l’été, veillez à ce que la surface de l’eau soit recouverte au moins de moitié par des plantes flottantes (excepté pour les bassins dépassant 150m² de surface qui pourront être moins recouvert).



 

Les Nénuphars rustiques

Ils sont ainsi nommés pour les différencier des nénuphars tropicaux qui eux, sont particulièrement gélifs, contrairement aux ‘rustiques’ qui peuvent passer l’hiver dehors, le gel de l’eau du bassin ne les affectant pas.

Les Nénuphars intersubgénériques ou ISG

Ces nénuphars sont le résultat du croisement entre un nénuphar rustique et un nénuphar tropical. Les ISG sont résistants au gel, ils ont gardé la rusticité du parent 'rustique' et la couleur du parent tropical.

Conseils de plantation et entretien des nénuphars

Les nénuphars doivent être installés à une exposition ensoleillée, 5 à 7 heures de soleil par jour, c’est là qu’ils se développeront le mieux et qu’ils fleuriront le plus généreusement.

La période de plantation s’étale du printemps à l’automne.

La terre de plantation devra être plutôt argileuse dans laquelle il est recommandé d’y ajouter de la poudre de démarrage.




  • Planter dans un pot de 14 L ou 20 L sous 10 à 120 cm d’eau selon la variété.
  • Placer le rhizome de façon oblique sans recouvrir le bouton principal.
  • Arroser copieusement avant d’installer le pot dans le bassin. 
  • Surélever éventuellement le pot si nécessaire
  • Placer des cailloux sur la terre pour éviter que les poissons viennent fouiller dedans.
  • Au printemps suivant, puis chaque année, enfouir dans le substrat des pastilles d’engrais à diffusion lente.





Tous les trois à quatre ans, les nénuphars qui sont en pot doivent être divisé. La division du rhizome se fait en coupant le rhizome à l'aide d'un couteau aiguisé, à une distance de 5 à 7 cm du collet (extrémité en croissance).

Les rhizomes sans collet ou morts doivent être éliminés. Il suffit ensuite de replanter les rhizomes dans de la terre neuve comme indiqué lors de la 1ère plantation.

CONVERSATION

Retour
en haut