vendredi 10 mars 2017

La protection Biologique Intégrée (P.B.I) : Explications et utilisations dans nos pépinières



Depuis une vingtaine d’années, l’utilisation de la lutte chimique dans le contrôle des ravageurs (insecte nuisible pour la plante tels que les pucerons, thrips ou acariens) présente de plus en plus de limites. En effet, l’usage des pesticides présente, en plus d’un impact direct sur l’environnement, des risques pour l’applicateur et pour le consommateur des cultures traitées. C’est la raison pour laquelle les autorités opèrent, depuis quelques années, de plus en plus de retraits d’homologation de substances actives.


La Protection Biologique Intégrée c’est comme utiliser des « outils » donnés par la nature.

La protection biologique intégrée ou P.B.I. est un mode de protection des plantes s’appuyant sur l’utilisation d’insectes auxiliaires prédateurs. Un insecte auxiliaire est un insecte qui tue les insectes ravageurs des cultures. Le plus connu est sans nul doute la coccinelle, dévoreuse de pucerons, une petite bête vorace et bien utile pour l’homme ! L’apport de traitements chimiques est donc raisonné afin de ne pas détruire ces insectes auxiliaires.

Afin de lutter efficacement contre les insectes ravageurs, il est donc important de mettre en place une surveillance de la culture pour détecter l’apparition des premiers individus et agir le plus rapidement possible. Lors d’une trop grande infestation, il est tout de même possible d’intervenir avec des produits phytosanitaires compatibles qui sont homologués PBI. 

La PBI, bien utile dans nos pépinières Georges Delbard.


Depuis quelques années, le service recherche rosier de nos pépinières Georges Delbard utilise la PBI pour la culture de rosiers en pot sous serre. Cette méthode de culture à été mise en place pour lutter contre les attaques d’acariens qui devenaient de plus en plus importantes d’années en années. Aujourd’hui, les résultats sont au rendez-vous ! Notre culture des rosiers géniteurs servant à la création de nos nouvelles variétés, est saine et nous permet de créer de belles variétés telles que Julie Andrieu®, Château de Cheverny®, Tourmaline®… 




Thrips adulte, insecte piqueur suceur qui mange les boutons floraux.



L’auxiliaire Macrocheles parasite les larves et les nymphes de Thrips.



Acarien cucumeris auxiliaire qui parasite les acariens tétraniques. 





Ravages causés sur des tiges et feuilles de rosiers par les acariens tétraniques dans une culture hors PBI.




Pucerons parasités par la petite guêpe Aphidius qui pond ses œufs dans les pucerons.



Avec l’interdiction des produits phytosanitaires et l’évolution des mentalités, cette lutte alternative biologique s’étend aujourd’hui au jardinage amateur. Ainsi, vous trouvez désormais facilement des outils utilisés en culture PBI tels que des bandes engluées pour lutter contre les fourmis et autres chenilles ou des phéromones pour piéger un papillon (comme le carpocapse) avant qu’ils ne puissent pondre dans les fruits et que la larve se développe dans ceux-ci.