mercredi 5 octobre 2016

La pollinisation des arbres fruitiers

Pommier, poirier ou encore abricotier : vous souhaitez planter un arbre fruitier. Vous avez lu notre article pour choisir la forme fruitière qui conviendra à votre jardin et savez tout de la plantation d’un arbre fruitier.  Mais avez-vous pensé à bien vérifier la pollinisation ?

La pollinisation, un critère important dans le choix de votre arbre fruitier.

La pollinisation, c’est le transfert du pollen, composé de grains très fins et produit par les étamines, les organes mâles des plantes, vers le pistil, l’organe femelle. Cette étape a lieu lors de la floraison des arbres fruitiers.  Sans pollinisation, il ne peut donc pas y avoir fécondation ni de formation du fruit. 

Il est vrai que beaucoup de fleurs portent à la fois des étamines et un pistil mais il faut savoir que de nombreux arbres fruitiers ne peuvent être fécondés par leur propre pollen.  Sans un arbre de la même espèce installé à proximité, la production de fruits est donc souvent compromise. C’est pour cela que l’on parle de pollinisation croisée.

Le pollen est transporté par le vent ou des insectes pollinisateurs tels que les abeilles ou autres mouches. Il faut donc veiller à ce que l’arbre fruitier que vous comptez installer soit placé à proximité d’une variété compatible c’est-à-dire qui fleurit à la même époque et qui soit située dans un périmètre de 50 à 100 mètres sans obstacles majeurs (grand mur, bâtiment …). 

Jetez un coup d’œil dans les jardins du voisinage, peut-être que l'un de vos voisins a justement planté une variété compatible, sinon il vous faudra planter vous-même deux variétés différentes et compatibles. 

La plupart des pommiers et poiriers nécessitent d’être pollinisé par une autre variété ainsi que certains cerisiers, pruniers, cassissiers et myrtilles.

Par exemple, si vous désirez planter un pommier ‘Delbard Jubilé®’, il vous faudra veiller à ce que, non loin de là, il y ait des espèces propres à sa pollinisation croisée telles que ‘Reine des Reinettes’, ‘Cybèle®’ ou encore ‘Royal Gala®’ pour que les abeilles butinant leurs fleurs viennent y déposer leur pollen.

Autofertilité : Certaines espèces d’arbres fruitiers ne nécessitent pas d’être pollinisées.


Un arbre fruitier dit autofertile ne nécessite pas d'autres pollinisateurs pour fructifier. Cependant, pour certains arbres fruitiers tels que les pruniers ou cerisiers, nous recommandons de planter une variété pollinisatrice car vous obtiendrez une récolte plus importante  avec une pollinisation croisée. Il est donc là aussi préférable d'installer ou de vérifier la présence d'une deuxième variété compatible dans le voisinage de la première.

Beaucoup de petits fruits sont autofertiles (framboisiers, groseilliers…). Les abricotiers, les pêchers et nectariniers, les figuiers et certains cerisiers (notamment les griottiers) le sont également et ne nécessitent donc pas d’être pollinisé par une autre variété.

A l’inverse, il existe des variétés autostériles. Les pommiers ‘Reinette Grise du Canada’ et ‘Braeburn’ nécessitent obligatoirement une autre variété pollinisatrice pour fructifier comme Reine des reinettes par exemple, qui est une très bonne variété pollinisatrice.

Sur GeorgesDelbard.com, les variétés pollinisatrices de chaque variété d’arbre fruitier sont indiquées sur sa  fiche produit. Vous savez également si une variété est autofertile ou non.

La pollinisation : une étape dépendante des conditions météorologiques.


La floraison est donc un moment clé dans la production de fruits, et de mauvaises conditions climatiques peuvent avoir un impact direct sur cette production : des pluies ou des gelées pendant la floraison empêche la bonne pollinisation et la production sera moindre. Pour choisir une variété d’arbre fruitier qui fonctionnera dans votre région, il faut donc éviter les périodes de gel et de forte humidité lors de sa période de floraison.

En conclusion, la pollinisation d’un arbre fruitier est très importante dans le choix de la variété à implanter dans votre jardin. Cela peut amener, si l’espèce le demande, à implanter non pas une mais au moins deux variétés pour  obtenir une belle récolte.