vendredi 12 février 2016

La création d’une nouvelle rose

"Créer des roses comme je les aime..."

C’est ainsi que Georges Delbard, pour réaliser son rêve, devint obtenteur de roses au début des années 1950. C’est avec cette même envie que nos créateurs perpétuent aujourd’hui encore cette passion pour vous proposer encore et toujours de nouvelles variétés de rosiers qui vous ravissent.

La naissance d’une nouvelle rose, une histoire de patience et de rencontres

Aujourd’hui, Arnaud Delbard et Mariannick, responsable recherche Rosiers et Dahlias, perpétuent cette tradition et président aux mariages des roses. La fleur choisie comme mâle est débarrassée de ses pétales. Son pollen est soigneusement recueilli puis déposé avec un pinceau sur le pistil de la rose femelle débarrassée, elle, de ses pétales et de ses étamines.

La rose ainsi fécondée est protégée par un capuchon de papier pour la protéger des insectes qui pourraient venir y déposer le pollen d'une autre fleur.
En automne, les fruits des rosiers rougissent et s’alourdissent. Ils sont cueillis au début de l’hiver et les graines qu’ils contiennent, extraites de leur gangue, sont semées aux premiers jours de janvier.

L’observation des rosiers est la clé d’une sélection bien réalisée.


Au printemps, les timides rayons de soleil réchauffent les plantules naissantes. Les nouveaux bébés rosiers fleurissent pour la première fois quelques mois plus tard.
Tous les ans, les rosiers retenus par la sélection précédente sont remis à l'étude. La sélection des rosiers sous tunnels passe en plein champ où l'on peut observer toutes les caractéristiques du rosier en situation.
A l'issue de 7 à 8 ans de sélection, ce n'est qu'une ou deux roses nouvelles qui sont retenues, sur les dizaines de milliers de graines semées la première année.
Et c'est donc ici, à Malicorne, que sont nées Amélie Nothomb® ou notre dernière variété de rosier Amnesty International®, grâce au talent de nos hybrideurs.