mardi 10 novembre 2015

Les insectes et maladies des rosiers : Savoir les reconnaître pour mieux lutter

Les maladies des rosiers

Rouille, Taches noires (marsonia) et Blanc du rosier (oïdium) sont les maladies des rosiers les plus répandues.


Le ‘Blanc’ ou Oïdium du rosier n’attaque le rosier qu’en période humide, avec alternance de journées chaudes et de nuits plus fraîches. L’oïdium s’en prend généralement par les extrémités des pousses et sur les boutons floraux ; ces organes se recouvrent d’un duvet blanchâtre.

La Rouille se manifeste essentiellement à la face inférieure des feuilles, sous forme de pustules poudreuses d’abord jaune orangé devenant brunes.

Le Marsonia quant à lui, provoque la maladie des ‘taches noires’ sur les deux faces des feuilles, entrainant très souvent leur jaunissement puis leur chute.


Lutter contre ces maladies des rosiers

Dès l’apparition des premiers symptômes, supprimez les feuilles atteintes et pour la maladie du ‘blanc’ (Oïdium), coupez les pousses atteintes. En cas de fortes atteintes, pulvérisez un fongicide spécifique sur l’ensemble du rosier. A l’automne, ramassez et brûlez les feuilles et ne surtout pas les mettre sur le tas de compost afin de limiter la propagation des maladies.

Les insectes des rosiers

Pucerons verts, Acariens, Tenthrèdes, Noctuelles défoliatrices et Mégachiles font partie des hôtes que l’on peut  rencontrer sur les rosiers.  De la même façon que les maladies courantes des rosiers, ces parasites occasionnent quelquefois des dégâts spectaculaires mais qui ne sont jamais totalement néfastes à la plante.

Les Pucerons verts sont faciles à reconnaître aux extrémités des  pousses, surtout au printemps, lorsqu’elles sont en cours de croissance. Ils piquent et sucent la sève entrainant l’enroulement des feuilles. Lors  d’une forte infestation, les feuilles sont recouvertes par le miellat des pucerons favorisant le  développement de  la fumagine (champignon noir).
Lutte : Dès l’apparition des premiers pucerons, arrosez les rosiers avec un jet d’eau ‘puissant’ ou bien, faites une pulvérisation avec un insecticide naturel. En cas de fortes attaques, traitez avec  un insecticide  de synthèse spécial pucerons.

Les Acariens se développent lorsque le temps est chaud et sec ; ils piquent et sucent la sève, entrainant le jaunissement du  feuillage qui  prend souvent un aspect grisâtre.  Ces acariens  tissent aussi un léger voile blanc sous les feuilles de rosiers.
Lutte : En fin de journée, pulvérisez le feuillage avec de l’eau tiède. En cas de fortes attaques, traitez avec  un insecticide à base d’huile de colza.

2 sortes de tenthrèdes peuvent sévir sur les rosiers

La tenthrède limace qui est une larve de couleur noire qui mange le limbe de la feuille en ne laissant que les nervures et la tenthrède ‘fausse  chenille au corps vert et ponctué de noir qui dévore le feuillage en dentelle.
Lutte  manuelle : ‘Cueillez’ les ‘fausses chenilles’ et noyez-les dans une solution d’eau savonneuse. En cas de fortes attaques, prendre contact auprès d’un conseiller jardin certifié dans un magasin spécialisé.

Les Mégachiles sont des abeilles solitaires ‘coupeuses de feuilles’ qui n’occasionnent que de petits dégâts disgracieux sur les feuilles des rosiers : les feuilles sont découpées comme si elles avaient été poinçonnées.
Lutte : Aucune d’autant plus qu’il s’agit d’un insecte pollinisateur ! Avec le jardin, il faut bien savoir faire quelques concessions de temps en temps…

Connaître et identifier les maladies des rosiers et les insectes est important car cela vous permettra de savoir comment y remédier sans pour autant céder à des méthodes « drastiques »  entraînant souvent plus de mal que de bien pour notre jardin même si cela ne se voit pas de prime abord. Alors avant tout traitement, lisez bien les notices de chaque produit utilisé, elles vous donneront de précieux conseils quand aux périodes d’utilisation possibles, dosage et autres recommandations.